La Nuit
News | Releases | La Nuit | Silence | Casa de B. Alba | Photo | Video | Bio | Live | Links | Messages


Musique de PROTON BURST
Adaptation des textes de "la nuit" de PHILIPPE DRUILLET

par PROTON BURST.

Axël K. : Guitares
Pavel A. : Batterie et Percussions
Frank D. : Basse
R. : Vox

Guest : Nicolas Repac, Synthés

Mix : Jean Marc Pinaud (studio Acousti)


Press

ROCK & FOLK n°330 - Philippe Manoeuvre-
RAGE n°10 / Janvier 1995
Le Nouvel Observateur - 1995
(A SUIVRE) - Janvier 95
HARD-ROCK MAG N° 119 - Janvier 95
HARD N’ HEAVY n°10 - Janvier 95
HARDMAG N°2 - Décembre 1994
RAGE N°10 - Janvier 1995
HARD N'HEAVY N°10 - Janvier 95

Interviews

HARD N’ HEAVY N°11
Hard Rock Magazine, Nouvelle série N°1
Hard Mag N°2


Au coeur de la ville - morte -
La nuit sortent les tribus,
La lune molle devenue folle,
Jour terrible, retourne au tombeau.
Monde flétri, balayé par le vent.
Tribus urbaines, métal hurlant.
Vestiges inhumains d'une vie infecte,
Ecoute les lions, les lions Hurler !
Cherchant la dope, ils écument la ville,
Ce souffle de mort qui leur procure la vie.
La nuit blafarde protège les siens,
Heintz et sa bande n'ont peur de Rien !


"Shinte, Combat, Tue !
Plus de shoot pour l'échange...
On saignera les dormeurs !! Bordel ! Voici les crânes.
Il en sort de partout. Polars ! Mes lions foncez !
AU SANG ! AU SANG !
Saignez mes lions, broyez !
Lames lasers, lames lasers...
Frappe, frappe encore, SALOPES"
"Voila ramasseur ! Lions, couilles molles, bientôt nourriture !"
La ville de l'ordre, la propreté...
Les lois doivent êtres appliquées !!
"Encore à hurler la nuit, bande de salopards.

On va en finir une bonne fois pour toute avec vous"
"Salope crânes chitte, je te crache à la gueule."
"Saignez en deux ou trois ! Viande, viande danse..."
Vidés comme du bétail, ignoble mise à mort...
"A moi, Lions , ils me boivent""Combat donc pour la vie !"
Lion ! Suit l'éclair, vide le flingue et ta haine.
"J'ENCULE L'ORDRE !! LIONS VIVENT LIBRES !
Prend donc ca dans la face ! SALOPE !"


"Heintz... La bande des coeurs Brûlés
HEINTZ - BAISE - LA MORT"
"Lions Faibles, Lions seuls,
Donnez armes...
Maintenant, Maintenant..."
"Charogne tripp connard tu l'aura,
Bouffe ta viande con"
hurlement glacial des lasers
et sa tête explose.
"Ende ! Att feu du ciel !


Ende ! Att feu du ciel !"
Au même moment l'air
se déchire,
nuage d'acide
Feu liquéfié, corrosif,
tourbillons de mort
"Machines à air sont nikées ;
Machines à tuer : brisées"
"AARRRRGGGGG !
Un refuge ou la mort,
Un refuge ou la mort
Pas de visage à air ,
Boyau à chitte ouvert
Magne toi Heintz ça brûle"


Ils pénètrent lentement dans ce que l'on
pourrait dénommer l'anus de la ville, boyau
étroit et glauque s'enfonçant dans les
sombres entrailles de la cité.
Puanteur... Odeur de putréfaction
et de merde ici la mort est froide et
insidieuse, imprégnant l'air de ses miasmes immondes.
suintements d'angoisse... Ils débouchent
dans cet endroit immense aux contours
incertains, répercutant un lugubre écho sans
fin. Des vestiges humains, grotesques
cadavres engendrés d'une ancienne blessure
les regardent de leurs yeux éteints, juges
silencieux de la bétise humaine. Ceux qui
vivent ici n'ont probablement jamais connu
que la peur, la souffrance et le noir...
La cave est immense, immense et noire,
Reposent les corps, de ces morts sans espoir.
Lentement sort de l'ombre: Main d'acier !

"Pales du dehors ont pris Dépot Bleu,
plus de shoot pour la cité"
"Tu planes ! Visions de shoot !"
"Plus de shoot plus de souffle ;
la mort viendra vite !"
"Réunis donc les tribus"
"Main d'acier tue celui qui le frappe !"
"Main d'acier veut il mourir
pour une caresse de visage ?
Car Frankie est mon sang, mon sang !
Sais-tu ce que cela signifie !"
BASTON ! LE SANG APPELLE LE SANG !
"Main d'acier met ses yeux de mort
pour le grand combat!"


Les tribus sont rassemblées !
Main d'acier vient juste de parler.
Dissensions foule hétéroclite
Les chiens sont fous, la foule s'agite !
"Nous ne te suivrons pas au combat.
Nous irons chacuns pour soi !"
"Chiens de la ville vont tuer ;
Briser les crânes, Briser les os
Allons fous de la cité,
allons donc baiser la mort !"


"Heintz ! La lune flippe...
l'aube n'est pas loin !
Après la barrière pierre
dépot bleu vibre...
Mais avant : dernière armée des Crânes
Bon sang...
Ils sont si nombreux...
Jamais vu autant !
C'est les derniers...vivant."


"Encre, Encre noire !
Ronge les ventres
des chiens de la cité.
Crânes ! Tuent !
Berceau de la nuit,
frappe, frappe encore !"
Je frappe autour de moi,
Lentement mon bras s'abat
Je ne connais pas la peur
ma compagne : la douleur !
Souvent j'ai chié dans
les bottes de la mort...
maintenant j'en ai peur !
je sent la fin venir,
Il faudra bien pourrir
"ça yest tout est fini !
Je suis encore en vie.
Le combat a cessé...
Mais l'aube va se lever..."


Courons maintenant vers le dépot bleu.
Traversons la cité des chimères !
Le venin n'atteint plus celui qui est déja - Mordu -
Regarde avec nous
les images tristes et belles d'autrefois.
La dope nous aide à vivre,
nous morts-vivants de la nuit,
elle nous aide à mourir aussi.
Citée folle vaincue, dépot bleu enfin,
vivrons nous encore ?
Jardin à plaisir : pompe à chitte.
Extases, souffrances magnifiques.
Ouvre ton troisième oeil,
joint toi à l'ensemble, au cosmos !
Oublie, oublie... Odeurs, odeurs...
Pleurs de morts...
Oui ! regarde moi, je suis libre !
Encore une dose, encore une fois,
la mort m'attends.
Vie encore, vis dans ma tête !
Les pales sont là au dessus de moi.
Apporte moi la souffrance et l'oubli...
Fort la dope...
Foutre et bat et chante encore. Chante !
Encore une dernière fois.
Je sais qu'il faudra bientôt mourir,
mais l'aube va se lever.
Les pales nous devons tuer encore,
la vie encore la vie...
extases magnifiques de la mort :
Regarde moi mourir je suis beau !
Mais les pales sont là, au dessus de moi.
Souffrance éternelle
Caresse de la mort...